L’art d’aimer son corps, partie 2


La semaine dernière j’ai publié un article  à propos d’amour et d’acceptation ducorps. Après relecture, j’ai eu envie d’y ajouter d’autres mots, d’être moins centrée sur cette plaie qu’est le body-shaming. Je serais donc plus générale maintenant, et vais vous donner des pistes plus concrètes !


 
Photos : ©Chadwick Tyler, ©AurélieXenophane, ©Layla Perchal Neal, ©Madeline Stuart, ©Bahman Farzad, ©James Barnes, ©Andy Gott et ©Mary Rozzi
La beauté est partout !
Elle n'a pas d'âge, de taille, de couleur, de poids...


D'où viennent les complexes, ces enfoi*és ?
Je ne pense pas que nos complexes viennent de nous-mêmes, ils sont forgés par ce qu’on voit et entend à l’adolescence. Il suffit d’observer des enfants : est-ce qu’ils se soucient de leur apparence ? Généralement ce ne sont pas eux qui disent qu’ils doivent prendre/perdre du poids, que leur sourcils sont trop épais, que ces vêtements ne sont pas taillés pour eux. Toutes ces petites injonctions visant à nous rendre « visuellement parfaits » viennent de l’extérieur, et nous les assimilons pour les transformer en complexes. D’où provient notre certitude que notre nez est déformé ? La croyance qu’avec une taille de moins ou de plus, nous serions plus attirant.e ? Cette envie de lèvres plus pulpeuses ? Certainement pas de nous-même. Au fond, réussir à s’aimer tel que l’on est, c’est comme retrouver cette insouciance enfantine qui nous permettait de regarder notre reflet et de ne rien trouver à y changer. Quand je fais cet exercice, il y a certains jours où je ne vais pas voir ces imperfections, alors que d’autres matins la liste n’en finit pas. Pourtant je doute que mon apparence change énormément au fil des jours ! Et si nos complexes émanent bel et bien de facteurs externes et non directement de notre physionomie, pourquoi ne pas agir sur ces points plutôt que s’échiner à camoufler nos prétendues imperfections ?

J’y ai beaucoup pensé et crois avoir trouvé les différentes causes à mon « désamour » passager de mon propre corps :


  •  Je me compare aux autres
 Quand je vois une autre femme dans la rue, je peux rarement m’empêcher de la regarder. J’ai toujours été quelqu’un d’observateur, qui aime remplir sa tête d’images. Le problème est que, depuis l’adolescence, un autre réflexe s’y additionne : celui de penser que cette personne est « plus » ou « moins » que moi. Ses cheveux sont plus beaux que les miens, ses vêtements lui vont mieux, elle a un teint moins terne… Et bien d’autres inepties dans le même style. Le mot réflexe colle parfaitement, car ce sont des pensées parasites qui envahissent ma tête sans que je puisse les réprimer.
Après ce genre d’expériences, je me sens toujours mal à l’aise dans mes baskets, pas assez bien pour rivaliser avec qui que ce soit. Et quand mon moral baisse, il me faut du temps pour me trouver jolie à nouveau. 

  •  Je suis seule/je vis en virtuel
 Depuis que je travaille en indépendant, mes horaires sont tellement déphasés par rapport à ceux des « personnes normales » que je me retrouve souvent isolée. Les week-ends sont chargés (et ne parlons pas des fêtes !) et j’arrive généralement à me libérer les lundis et mardis… Soit les jours où tous mes proches sont au boulot ! Me voilà donc avec de longues heures devant moi, et le moral un peu en berne. La solitude me va assez mal, même si je sais m’occuper je n’apprécie pas spécialement un appartement silencieux. Car j’ai aussi réalisé que lorsque je suis en solitaire, j’ai beaucoup moins envie de sortir ou même de bouger. Je reste souvent entre mes quatre murs avec mes boules de poils, dans ma zone de confort. Mais je me sens seule.
Et quand c’est le cas, je me connecte généralement aux réseaux sociaux que j’ai tellement de mal à gérer. Assise à ma table noire, je fais défiler des pages et des pages d’actualités « passionnantes » d’un air absent. Ça ne m’intéresse pas spécialement, pourtant je le fais de temps à autre et je réalise que c’est à la fois chronophage et mauvais pour mon estime de soi ! En voyant toutes ces personnes souriantes en vacances ou en soirée, je me dis que je ne suis pas à la hauteur. On en revient à la comparaison, ce qui n’est jamais sain.


  •  Je reste sédentaire 
Après une récente randonnée en forêt, je me suis rendue compte que j’étais bien trop souvent déconnectée de la nature. Je me suis sentie tellement bien cet après-midi-là, à repousser mes limites et à respirer un air pur, à profiter de paysages magnifiques... Il ne s’est rien passé d’extraordinaire, je n’ai pas gravi l’Everest, c’était une promenade comme les autres et pourtant elle m’a appris beaucoup. J’en suis revenue avec des émotions positives, le sourire aux lèvres et la douce fatigue due à une bonne activité physique. Cette sensation d’avoir accompli quelque chose, de s’être dépassé aide à réaliser combien notre corps est une machine bien huilée ! Fière de moi, j’ai (pour une fois) aimé mes jambes légères et mes doigts fins pouvant s’agripper partout… Je me suis sentie en harmonie avec mon corps, et c’était parfait !
Je pense qu’une vie active et saine doit comporter des moments en pleine nature, c’est essentiel pour se sentir bien. 


En réfléchissant à tout ça, j’ai décidé de mettre en place un calendrier « love your body challenge » pour mieux m’accepter, axé sur le bien-être. Je pense qu’il me sera très bénéfique, je partage donc ce petit programme avec vous au cas où vous auriez envie de vous lancer avec moi !



Et voici le programme en français et plus détaillé que sur l'image précédente ^^

Jour 1 : Se concentrer sur ses atouts, s'observer avec un regard bienveillant. Dresser mentalement la liste de ce qui nous plait dans notre physique, et se montrer indulgent.e envers ce qui nous plait moins.
Jour 2 : Faire un câlin ! Que ce soit au chat, au voisin, au chat du voisin ou au trois... Qu'importe, du moment que tout le monde est content :)
Jour 3 : Faire 30 minutes de yoga. Je ne connais pas grand chose de plus efficace que cette discipline pour se sentir en paix avec soi-même. Peut-être que cette vidéo de «Yoga by Candace» vous aidera si vous débutez.
Jour 4 : S'offrir un bain de pied. Une bassine d'eau chaude ou tiède, quelques grains de sel, des huiles essentielles et c'est parti pour un bon moment à ne penser qu'à soi. Le must étant de terminer avec un doux massage !
Jour 5 : Respirer profondément pour se relâcher. Pour être parfaitement relaxé.e, l'idéal est de s'installer en position du lotus et de fermer les yeux. L'exercice pour lequel je vais opter est celui de la respiration alternée.
Jour 6 : Profiter d'un repas avec des proches. S'assoir avec des personnes qu'on aime et qui nous aiment est toujours un bon moyen de remarquer que le sourire est bien la seule qualité requise pour être beau/belle.
Jour 7 : Méditer. Si vous ne savez pas par où commencer, une petite recherche sur Youtube devrait vous éclairer. Profitez bien de ce moment, c'est tellement agréable.
Jour 8 : Transpirer ! Après le repos de la veille, il est temps de faire bouger ce corps parfaitement détendu et prêt pour l'action ! Un jogging, de la natation, du crossfit, à vous de choisir votre défouloir.
Jour 9 : Essayer quelque chose d'osé qui nous fait envie. J'hésite encore, je ne sais pas exactement pour quoi je vais opter mais je sens que ça va m'amuser ^^
Jour 10 : Se promener dans la forêt, seul.e et sans aucune distraction. Pas de téléphone (ou alors en mode avion), pas de musique dans les oreilles, rien qui pourrait troubler ce moment de connexion avec la nature. S'il faut beau, pourquoi ne pas en profiter pour s'allonger dans l'herbe ?
Jour 11 : Sourire face au miroir. Commencer par un petit sourire qui finira probablement en fou rire voire en grimaces ! Finir par un autre sourire, pour voir à quel point vous êtes radieux.se.
Jour 12 : Manger son repas favori. Peu importe qu'il s’agisse des coquillettes façon grand-mère, d'une soupe de vermicelles ou d'un brownie aux noisettes, réservez un moment privilégié dans la journée pour déguster ce plat que vous adorez. Faites-en une fête en décorant votre assiette et/ou votre table, prenez le temps de vous réjouir de ce cadeau fait maison.
Jour 13 : Danser comme si personne ne regardait. Se prendre pour Nina Sayers (Black Swan) ou Bébé (Dirty Dancing), même si on n'est pas aussi gracieux.se qu'elles, a l'effet bénéfique de s'amuser tout en bougeant. Ne pensez pas à vos mouvements, déhanchez-vous comme bon vous semble.
Jour 14 : Dire à son reflet « tu es beau/belle ! » Le penser vraiment, évidemment ! Et s'il faut le répéter 10 fois, 20 fois, 50 fois, tant pis, du moment que ça s'imprime dans votre tête.
Jour 15 : Prendre une photo ! Pour ma part je vais essayer de me photographier sans maquillage ni retouche et de poster le résultat brut ici. J’espère y arriver car ça me tient à cœur de pouvoir me mettre à nu sans crainte d’être jugée « trop ci » ou « pas assez cela ».

Car après tout, du moment qu’on s’y sent bien, notre corps est parfait tel qu’il est !

Photo : ©Healingharmony


Je commence ce petit défi lundi, qui me suit ? :)

Flâneries Créatives

Recherche l’inspiration pour une biographie intéressante !

6 commentaires:

  1. vaste programme !!! je vais m'y mettre !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, j'espère qu'il vous plaira !
      N'hésitez pas à me dire si ça vous réussit :)

      Supprimer
  2. Génial ce programme ! Je vais m'en inspirer, c'est tellement agréable d'arriver à lacher prise et de s'accepter... Pour ma part, j'ai essayé de me débarrasser d'un de mes plus gros complexes en ne portant pas de maquillage au mois d'août :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !! N'hésite pas à le partager s'il te réussit :)
      C'est sûr qu'on gagnerait à être moins préoccupé par les apparences, j'y travaille justement...
      Très bonne idée d'arrêter le maquillage pendant un mois ! Je file de ce pas voir les articles en question sur ton blog ;)

      J'espère que mon petit programme t'aidera, si tu veux bien me faire un retour je l'attendrais avec impatience :)

      Supprimer
  3. Je comprends pour les réflexes : j'ai encore tendance à juger les filles que je croise avant que mon cerveau me mette une petite claque en me disant " c'est pas bien ce que tu fais". A force, ça finit par s'estomper. Est-ce que je perdrais l'habitude un jour, je ne sais pas.
    Depuis que j'ai découvert le bodypo, j'ai noté quelques changements même très mineurs : je ne me maquille quasi plus (même si je ne me suis jamais beaucoup maquillée), je réserve ça aux grandes occasions. Je m'apprécie de plus en plus sans maquillage...enfin disons que je me trouve aussi jolie avec que sans, c'est juste différent :)
    Je trouve qu'en apprenant à être bienveillant avec les autres, on le devient envers soi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que nous perdrons cette mauvaise habitude toutes les deux !
      C'est génial que tu réussisses à te passer de maquillage et à t'aimer :) bravo :)

      Supprimer